Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 11:02

taxe-tobin  

Henri Guaino annonce ce matin à BFM une taxe Tobin française avant la fin 2O12. De qui se moque le gouvernement ? Il y a à peine un mois le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Pierre Lellouche, s’opposait au vote par le Sénat d’une telle taxe, estimant que la France "ne peut légiférer seule" car ce serait "contre-productif" et cela "nuirait à la place financière de Paris".

Depuis deux ans déjà Nicolas Sarkozy orne ses discours d’envolées lyriques sur la taxe Tobin. Il avait promis que le G20 de Cannes marquerait une avancée décisive : l’échec a été total. Aujourd’hui, à trois mois du premier tour de l’élection présidentielle, il prétend la décider seul, éventuellement avec l’Allemagne. Cette annonce est purement opportuniste : elle ne vise qu’à atténuer l’effet désastreux de l’annonce de la TVA « sociale », dont chacun sait qu’elle frappera d’abord les couches populaires. Elle manque totalement de crédibilité : contrairement à ce qui se fait toujours avant d’introduire un nouvel impôt, tout indique que Bercy n’a mené aucune étude sérieuse de faisabilité pour préparer la mise en place d’une telle taxe au plan français.


Tous les actes de Nicolas Sarkozy – réformes fiscales, réforme des retraites, sauvetage des banques sans contrepartie, casse des services publics… - montrent qu’il gouverne pour la finance. Rappelons également que Nicolas Sarkozy a supprimé en 2008 l'impôt de bourse, qui taxait à la Bourse de Paris les transactions sur actions au taux de 0,3%. Nicolas Sarkozy joue donc de façon indécente avec le symbole de la taxe Tobin pour tenter de redresser son image de Président des riches. La manipulation politique est trop grossière pour que les citoyens se laissent abuser.

La taxe Tobin est possible dès 2012, en Europe, au taux de 0,1%, en incluant les produits dérivés et (contrairement au projet de la Commission européenne) les transactions sur les devises, pour freiner fortement la circulation des capitaux et la spéculation et pour financer les biens publics mondiaux, à commencer par la lutte contre la pauvreté et le changement climatique. La France pourrait bien sûr montrer montrer l’exemple. Mais il faudrait une volonté politique, pas un bluff médiatique.

Attac France (info reçue de René Marion) 

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 13:54

 

Sur le plateau de "Revu et corrigé" de France 5, le candidat du Front de Gauche à l'election Présidentielle Jean-Luc Mélenchon et l'ex banquier Olivier de Montety tombent d'accord sur la politique à adopter vis à vis des banques.

 

     

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 06:54

 

 

fralib-x2

 

L'Union locale CGT Centre Ville organise une soirée de solidarité avec les Fralib en lutte depuis près de deux ans pour sauver leur usine et qui viennent de faire annuler le plan de licenciements.

Non seulement ils refusent la fermeture mais ils font la démonstration que l’on peut faire autrement par un projet alternatif qu’ils ont mis au point avec l’aide d’un cabinet d’experts.

 Ils montrent comme l’ont fait tant de fois les travailleurs confrontés aux fermetures sauvages que l’on peut produire sans employeur, mieux, plus équitablement et moins cher.

 

Soirée ciné débat avec le film Pot de thé, Pot de fer

(film tourné pendant cette lutte)

Des camarades de Fralib seront présent pour présenter leur actualité et discuter avec la salle.

 

Jeudi 15 décembre à 20h

 

Théâtre Mazenod

88 Rue d’Aubagne

13001 Marseille

(Métro Cours Julien / Parking Cours Julien)

 

Le prix est libre, l'intégralité de la recette allant à la caisse de lutte des Fralib.

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 18:43

martine-billardLes 16 et 17 décembre, le Conseil européen a validé la révision du Traité de Lisbonne. Cette révision que dénoncent les députés communistes, républicains, citoyens et du Parti de Gauche vise :

 

- A instaurer de manière pérenne le mécanisme imaginé lors de la crise Grecque,
- A renforcer la surveillance préalable des politiques nationales
- A amplifier les sanctions pour les Etats qui ne respecteraient pas les dogmes libéraux et les injonctions des marchés.


Le plan de sauvetage des banques fait aujourd'hui payer la crise du capitalisme financier aux peuples et aux salariés européens en soumettant les gouvernements les uns après les autres à la tutelle néolibérale de la Commission européenne, de la BCE et du FMI


Au lieu de protéger la zone euro contre les méfaits de la spéculation, vous voudriez maintenant inscrire dans le marbre, le pouvoir des marchés financiers pour forcer les États à faire converger leurs politiques vers la régression des services publics et des droits sociaux.


Cette décision est porteuse des germes d'une crise encore plus grave. En imposant des politiques d'hyper-austérité, de baisse des salaires, d'augmentation du chômage et de la précarité, et de réductions drastiques des dépenses publiques à des pays déjà touchés par le ralentissement de l'activité économique et la montée du chômage, elle prépare une récession générale et durable en Europe.


La tolérance des peuples à cette austérité suicidaire a une limite. Pourtant les attaques spéculatives contre la dette publique se répéteront indéfiniment tant que les Etats n'auront pas la volonté d'en finir avec la spéculation.

Une autre politique est possible qui mette au coeur des préoccupations européennes la justice sociale, la conversion écologique de l'économie et la démocratie.


Le choix du système dit « de révision limitée » pour éviter les référendums, montre la peur des réactions des peuples européens. Vous préférez modifier le traité de Lisbone en catimini.


Monsieur le premier Ministre, quelle procédure comptez-vous utiliser pour ratifier cette modification ? Êtes-vous prêt à organiser un référendum afin que le peuple français puisse dire s'il accepte ou non le contrôle budgétaire a priori et puisse s'exprimer pour ou contre les politiques d'austérité que vous voulez lui imposer.

 

Martine BILLARD

Députée et co-Présidente du Parti de Gauche

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 16:00

ryanair-avion

Michael O'leary, PDG de Ryanair, compagnie aérienne à bas coût, et chantre de l'ultralibéralisme, n'aime pas qu'on lui tienne tête. Mis en examen par un juge d'Aix-en-Provence, pour « travail dissimulé », « emploi illicite de personnels navigant » et « prêt illicite de main-d'œuvre » à la suite d'une plainte déposée par des syndicats et la Caisse de retraite des navigants, il menace de quitter l'aéroport de Marseille.....A moins que la France abroge un décret de novembre 2006, qui stipule que le personnel navigant basé en France doit être assujetti au droit français, et s'aligne sur le droit européen qui voudrait que tout le personnel relève de la législation du pays d'origine de l'entreprise. En l'occurrence, le droit irlandais, que Ryanair applique déjà, nettement plus défavorable aux salariés. Un chantage inadmissible mais auquel Jean-Claude Gaudin, maire UMP de Marseille, et Christophe Madrolle, vice président (MoDem) de l'agglomération, ont cédé en plaidant la cause de Ryanair auprès de Nicolas Sarkozy.


Au nom de retombées économiques contestées (ne sont pas comptées les aides accordées par les collectivités locales), ces édiles déroulent le tapis rouge à un homme aux pratiques antisociales (personnel sous-payé aux contrats variables, hôtesses devant faire le ménage, etc.), méprisantes pour les voyageurs (après avoir envisagé de faire payer la place au poids du passager, il étudie les toilettes payantes) et limites pour la sécurité (obligation de prendre une quantité minimum de Kérosène afin de voler plus léger et donc de faire des économies).

Mais si l'actualité pointe aujourd'hui Marseille et ses élus de droite, les socialistes ne sont pas exempts de reproches. La Cour des comptes a ainsi relevé que pas moins de 28,6 millions d'euros ont été attribués par les collectivités publiques à l'aéroport de Beauvais Tillé (Oise) entre 2001 et 2006. Une somme dont l'aéroport fait grassement bénéficier Ryanair par le biais de subventions et de remises diverses.


Ailleurs, des élus ont tenté de résister à la compagnie toujours plus avide. Ils ont tous, peu ou prou, plié devant ce même chantage au départ. Arrogant, O'Leary poursuit la France au niveau européen et menace l'Allemagne qui a décidé de taxer les billets d'avion. Pour le Parti de gauche, aucun euro ne doit être attribué à Ryanair et face au chantage nous répondons : « Qu'il s'en aille ! »

Partager cet article
Repost0

Rejoins le Parti de Gauche !

Notre identité

-Le PG est un parti, c’est-à-dire un outil d’élaboration et d’action collectif au service d’un projet et d’une stratégie cohérents. Nationalement et localement, il présentera des candidat-e-s aux élections. Le PG a vocation à devenir majoritaire et à prendre des responsabilités gouvernementales en s’appuyant sur une mobilisation massive, populaire et citoyenne.

-Le PG se veut donc à la fois accueillant et ouvert à la diversité des expériences, à la parole des «sans voix», soucieux de fraternité et de solidarité. Il ne veut pas de clans, de culte du chef ou de domination des «spécialistes» de la politique.

-Le PG demande à chacun de ses membres d’être en veille et en formation politiques permanentes et d’aider les autres à acquérir cette formation, avec comme objectif d’entraîner une majorité populaire au service d’un projet de transformation en profondeur de la société.

-Le PG se veut présent sur le terrain et mène le combat idéologique et politique contre la droite. Pour ce faire, il s’appuie sur la force collective de ses militantes et de ses militants. Il ne focalise pas son énergie sur des querelles internes ; il la consacre aux mobilisations sociales et à son implication dans la vie associative, syndicale, intellectuelle et culturelle de la société. Le PG agit en faveur de l’implication citoyenne à tous les niveaux de la vie sociale, dans la protestation comme dans l’action gouvernementale.

-Le PG respecte l’ensemble des formations de gauche et leurs cultures politiques. Il recherche sans cesse les formes de convergence et d’unité avec comme priorité de battre la droite et d’engager les transformations que l’intérêt général impose.

-Le PG sait que le changement de société auquel il aspire passe par une autre Europe. Né en partie de la mobilisation populaire qui a conduit au rejet du référendum sur le traité européen, il noue des partenariats avec les forces de gauche en Europe favorables à un projet alternatif d’une Europe sociale et démocratique.

-Nous devons opposer à la mondialisation financière et capitaliste des forces populaires coordonnant leurs efforts et refuser un monde unipolaire. Parce que les grands défis d’aujourd’hui se relèvent à l’échelle mondiale, le PG noue les partenariats nécessaires pour élargir son action au-delà des frontières de la France et de l’Europe.

-Le PG veut porter des orientations politiques et un fonctionnement novateurs et originaux, en particulier en matière de démocratie et de culture populaire. Il est donc un parti en chantiers sur son projet, ses programmes, son organisation. Des chantiers auxquels nous appelons à participer toutes celles et ceux qui souhaitent nous rejoindre.

Notre organisation départementale

Les conseillers nationaux titulaires :

 

- Melody Martin (Aix en Provence)
- Anne-Marie Jimenez (St Mitre les Remparts)
- Nicole Sorrentini (Auriol)
- Guy Queytan (Istres)
- Alain Pagliano (Tarascon)
- Rémy Pernaud (Sausset les Pins)
Les conseillers nationaux suppléants :
 
- Michèle Rouby (Martigues)
- Patrick Vedel (Vitrolles)
- Alexandre Ferretti (Aix en Provence)
- Alain Tarrini (La Bédoule)
- André Thomaso (Tarascon)
- Nicolas Dusserre (Aix en Provence)

 

Les secrétaires départementaux :

 

Michèle ROUBY

Enna DUFOUR

Alain TARRINI                  

Guy QUEYTAN

Mail commun : secretariatdepartementalpg13@gmx.fr                        

 

Les co-secrétaires de comité :

 

Arles-Tarascon-Chateaurenard circonscription 15 et 16  Co-secrétaires :

Enna DUFOUR ennatarascon@aol.com
Alain PAGLIANO alain.pagliano@orange.fr

 

Aix en Provence circonscription 11 et 14  Co-secrétaires : 

Jean-Yves SALVAT jysalvat@yahoo.fr 

Melody MARTIN lisazenide@hotmail.com 

 

Vitrolles-Marignane-Berre circonscription 12 Co-secrétaires :

Didier HACQUART didier.hacquart@orange.fr

Monique LAPOTRE bernard.lapotre@sfr.fr

 

Istres-Martigues-Fos circonscription 13 Co-secrétaires :

Guy QUEYTAN guy.queytan@yahoo.fr

Stella APEDDU stella.apeddu@wanadoo.fr

 

Aubagne-La Ciotat circonscription 9  Co-secrétaires :

Alain TARRINI alaint023@orange.fr

Michèle GIBERT mic.gibert@wanadoo.fr

 

Adhésion au Parti de Gauche

L'adhésion au Parti de Gauche comprend l'abonnement au journal hebdomadaire À Gauche. La cotisation, versée à l'AFPG (Association de Financement du Parti de Gauche*), donne droit à une réduction d'impôts de 66% de son montant.
Ce montant, fixé nationalement, est modulé en fonction des revenus. Une cotisation spécifique est versée par les élus en fonction du montant de leur indemnité.

 La cotisation militante est fixée par tranches en fonction du revenu, elle peut être réglée par prélévement mensuel :

  • inférieur à 1000 € : 36 € annuels
  • entre 1000 et 1500 € : 60 € annuels
  • entre 1500 et 2000 € : 120 € annuels
  • entre 2000 et 3000 € : 300 € annuels
  • supérieur à 3000 € : 480 € annuels et plus...

Pour adhérer en ligne :  http://www.lepartidegauche.fr/paybox/adhesion.html

Je soutiens le Parti de Gauche

Depuis la loi du 19 janvier 1995, seules les personnes physiques sont autorisées à verser des dons. Votre don ouvre droit à une réduction d'impôts. La réduction est égale à 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % du revenu imposable.

Cliquez ICI pour accéder au formulaire en ligne

Informations légales

Hébergeur : JFG Networks SAS

1 avenue Jean RIEUX

31500 TOULOUSE

Siret : 48017024000034

Cnil : 1130398

Contact tél : 0170945404

 

Administrateur : Guy Queytan

Mail : guy.queytan@yahoo.fr

Contact tél : 0634686802

 

Conditions d'utilisation :

 

Cliquez ICI